Devenir Maman: Les grands changements !


LifeStyle, Vie de Maman / vendredi, mars 30th, 2018

Maman depuis bientôt 6 ans d’une petite princesse qui fait mon bonheur au quotidien, j’avais très envie de partager avec vous quels sont selon moi, les changements majeurs dans notre vie lorsque l’on devient Maman.

La liste qui va suivre, sera non exhaustive, et tout à fait personnelle. J’ai envie de traiter ce sujet avec légèreté et de vous parler à bâtons rompus de toutes ces choses, que l’arrivée de ma fille, a radicalement changées 😉. Ça vous dit ? Let’s go !

devenir maman - changements

1- Le sommeil

Oui parce que avant d’avoir un enfant, on ne se rend pas bien compte à quel point le sommeil est précieux 😅. C’est pas faute d’avoir été mise en garde, notamment pendant ma grossesse – « Profitez bien de dormir tant que vous le pouvez », « Savourez bien vos grasses matinées », etc… – Mais je n’avais pas bien pris la mesure du changement qui m’attendait. On a eu la chance d’avoir une puce qui a fait ses nuits relativement rapidement. A 1 mois à peine, elle ne nous réclamait plus à manger la nuit (et pour cause, manger n’est pas sa passion – aujourd’hui encore 😬 !), nous étions les rois du monde !

Et puis, est arrivé le premier hiver ! Avec lui son lot de virus, bactéries et autres bronchiolites (oui, notre fille est asthmatique, les affections bronchiques prennent donc beaucoup d’ampleur…). C’est à partir de cet instant précis, que nous avons réellement connu les nuits écourtées et les journées de travail avec 3h de « dodo » non consécutives pour seul repos. Et nous nous sommes rendu compte d’un fait majeur: on ne rattrape jamais les heures de sommeil perdues (😅).

Aujourd’hui, Mademoiselle à bientôt 6 ans, et une notion de la grasse matinée bien à elle – à nous de bien réfléchir avant de faire la fête jusqu’à 3h du matin – parce que pour Léa, l’heure du réveil est fixée à 7h30… (et j’te jure qu’on a pas réussi à négocier de dérogation 😜).

2- Le stress

Je suis quelqu’un de plutôt stressée de nature (merci Maman pour cette hérédité 😜), mais alors depuis que je suis Maman, je suis une véritable « hystéro ». Je suis parfaitement incapable depuis que ma fille est née de faire preuve de dicernement dès lors qu’il s’agit de mon « bébé ». Et cela vaut pour tous les domaines: j’ai littéralement peur que « l’air me la prenne ».

J’appréhende chaque épidémie de gastro ou de grippe (quand nous sommes dans la zone rouge sur la carte de l’épidémie: je plaquerais bien tout pour déménager le plus loin possible de ces miasmes 😁), je lui mets (encore aujourd’hui) pull/écharpe/bonnet/manteau/mouffles (😜, tu connais Rasta Rocket ? Tu vois la scène lorsqu’ils arrivent à l’aéroport de Calgary?! – ben tout pareil 😁 sauf que j’habite dans le Var !), je tremble qu’elle se fasse mal dès lors qu’elle prend d’autonomie, je suis malheureuse comme les pierres quand elle part en voiture sans nous et j’ai pleuré un bon nombre de fois parce qu’elle ne mange pas grand chose et que j’avais peur qu’elle dépérisse (bien sûr qu’on m’a déjà dit qu’un enfant ne se laisse pas mourir de faim … mais là c’est MON bébé! C’est pas pareil ! #mèrepoule+++).

Bref, inutile de vous dire qu’heureusement que mon Chéri est bien plus zen que moi, et qu’il crée l’équilibre nécessaire pour que mon enfant ne grandisse pas sous une cloche 😅.

3- L’organisation

Il nous arrive souvent avec Chéri de nous demander: comment faisait-on pour être overbookés AVANT ?!

Nous avons à quelques reprises laissé la puce en vacances chez sa mamie, et nous nous sommes surpris à avoir « tellement trop beaucoup » de temps pour nous le soir en rentrant du boulot.

Et oui, parce qu’on va pas se mentir, un enfant c’est de la logistique. Les soirées sont menées tambour battant, de manière à ce qu’à 20h00 Pépette soit douchée, ait pris son diner, ait les dents brossées et soit dans son dodo (et sans oublier évidemment: l’histoire et le câlins du soir! Ces moments là sont sacrés !).

Les départs en week-end ou en vacances ne sont plus tout à fait les mêmes non plus… la plus grosse valise n’est pas pour le plus grand bonhomme (si tu vois ce que je veux dire ! 😁). Et cette même valise est remplie de « on sait jamais, ça peut servir » LOL.

La logistique « linge » m’a dévoilée mes propres capacités à monter un business en tant que pressing.

Quant aux matins: « adieu » make-up de dingue qui prend 40 min devant mon miroir et « bonjour » mascara « vite fait » au feu rouge dans mon rétroviseur 😜 (j’exagère à peine !).

4- La patience

J’ai toujours été considérée comme quelqu’un de patient. Ado, j’étais celle qui faisait du baby-sitting, et, étudiante, je donnais des cours particuliers. La pédagogie et la patience me caractérisaient.

C’était avant ! Avant que je découvre cette petit bonne femme, qui négocie et discute chacune de nos directives (c’est possible la pré-adolescence à 5 ans et demi tu crois ?! 🤔).

Avant que notre fille nous fasse une crise parce que sa peluche Simba (qui mesure 90cm !) doit venir avec elle à l’école, avant que le choix de la paire de chaussures qu’elle doit mettre le matin puisse mettre en péril ma journée de travail tant il est litigieux, avant d’envisager de la faire partir à l’école en culotte parce qu’elle refuse de mettre son pantalon… Bref, avant que je découvre que cette enfant formidable a pour caractère: un savant mélange de celui de son papa et du mien (et oui… les chiens ne font pas des chats, que veux-tu !).

Je ne prétends plus (du tout!) avoir une patience d’ange désormais. Je me félicite juste d’essayer de faire de mon mieux pour ne pas hurler trop fort en période de crise 😜.

5- Mon corps

Je ne peux pas vous écrire un article sur les grands changements lorsque l’on devient Maman, sans vous évoquer les changements physiques. Pour vous parler chiffres (parce que je suis transparente avec toi 😁): j’ai pris 17 Kg pendant ma grossesse. Enfin 17 Kg … sachant que j’ai accouché à 8 mois et une semaine; et que j’ai arrêté de me peser 15 jours avant mon accouchement (non, non ! Ma balance n’était pas en panne… mais j’ai refusé d’en savoir plus dès lors que j’ai dépassé Chéri à la pesée 🙄).

Alors bien évidemment, mon corps n’est plus tout à fait le même. Mes seins avaient moins fière allure, quelques vergetures ont pris place (malgré un « tartinage » quotidien avec de l’huile nourrissante et hydratante), mon ventre n’est pas aussi plat qu’avant (même en ayant repris le sport à fond) et mes hanches sont clairement un peu plus larges (même si sur la balance, la totalité des kilos pris – et même 3 en plus ! – ont été perdus 🤔).

Par contre, quand je me regarde dans le miroir aujourd’hui, je suis fière de me dire que mon corps, imparfait aujourd’hui, m’a permis de mettre au monde la plus belle chose que Chéri et moi ayons faite ensemble: notre plus grand bonheur !

6- Les moments de joie

Je peux le dire aujourd’hui, je fais partie de ces mamans -dont je plaisantais allègrement – qui se réjouissent de choses improbables réalisées par leur progéniture (ne fais pas style ! Je suis certaine que tu fais pareil 😜).

Je me surprends à faire la « ola », parce que Léa a mangé ses légumes, à sabrer le champagne parce qu’elle à (enfin!!) fait popo (oui … alors je m’explique quand même: notre fille a traversé une phase où la constipation régnait en Maîtresse. Et je te prie de croire que c’est coton …). Nous avons régulièrement l’impression d’avoir enfanté d’Einstein à chaque apprentissage (tout à fait normal!) qu’elle acquiert et nous nous émerveillons d’avoir fabriqué ce petit être qui nous bluffe chaque jour (comment ça on manque d’objectivité ?😜).

Une question subsiste, nous étions fous de joie pour quelles raisons déjà avant son arrivée ?

7- L’amour

Enfin, ce qui a changé, et le plus important selon moi, c’est ma capacité à aimer ! Je pensais pourtant bien connaître ce sentiment avant la naissance de ma fille: j’aimais mes parents, ma famille,  j’étais folle d’amour pour Chéri…

Mais je ne savais rien de cet Amour, celui avec un énorme « A », celui que j’éprouve aujourd’hui pour mon enfant !

Je ne pensais pas pouvoir aimer avec une telle intensité, pouvoir aimer du plus profond de mon coeur, de mes tripes. Je ne pensais pas ne pouvoir faire qu’un à ce point avec un être et être capable d’accomplir l’impossible pour le simple bonheur de cette petite personne.

Cet amour inconditionnel, cet océan de sentiments qui me submerge quand je croise ses petits yeux, quand elle me serre avec ses petits bras ou encore quand elle me dit « je t’aime Maman! » ! Ce sentiment de pouvoir donner sa vie sans réfléchir une seule seconde pour son enfant. Et cette priorité absolue de TOUT faire pour le bien-être de ma fille.

Alors oui, devenir Maman n’est pas une mince affaire ! Mais à mon sens il n’y a pas de plus beau rôle dans une vie !

Et vous ? Quels ont été les grands changements ? Avez-vous découvert de nouvelles facettes de votre personnalité en devenant Maman ? Si vous n’avais pas encore d’enfant: comment vous imaginez-vous dans ce nouveau rôle?

Des bisous,

 

 

 

8 personnes aiment déjà ce post

Laisser un commentaire